LA SOUPLESSE EST PREFERABLE A LA FERMETE

 

La paracha VAERA (Chapitre 9 – versets : 31 – 32) nous décrit ce qui se passe après la grêle.

L’orge et le lin ont été abattus par la grêle car ils avaient déjà bien poussé mais le blé et l’épeautre n’ont pas été brisés car étant tardifs, leurs tiges étaient tendres.

 

Question : pourquoi la Thora nous décrit cela ? 

 

C’est tout d’abord pour expliquer d’où venait la verdure que les sauterelles ont consommée (voir Paracha BO).

 

Nos sages ont déduit ici un message supplémentaire : le fait que le blé et l’épeautre étaient encore tendres et souples, cela les a sauvés de la destruction. De même, chez l’être humain, sa souplesse peut lui éviter la destruction et des désagréments.

 

Rabbi Eléazar, fils de Rabbi Chimon avait étudié plusieurs années à la Yeshiva et avait étudié toute la Thora (!!!), ce qui lui causa un petit sentiment de fierté.

 

Sur la route, il rencontra un homme d’une extrême laideur qui le salua. Plutôt que de répondre à son salut, Rabbi Eléazar rétorqua « malheur, comme tu es laid, et tu oses me saluer.

Est-ce que tous les gens de ta ville sont aussi laids que toi ? »

L’homme lui répondit : Je ne sais pas mais si tu as des réclamations, tu peux t’adresser à mon créateur et lui dire « Comme cet objet que tu as fabriqué est moche ! Est-ce que tu ne pouvais pas fabriquer un meilleur objet ? ».

 

Il ne fallut pas plus que ça à Rabbi Eléazar pour se raisonner. Il implora le passant de le pardonner mais celui-ci refusa.

Tout au long de la route, qui a duré quelques heures, Rabbi Eléazar l’a supplié et demanda à d’autres voyageurs de plaider en sa faveur mais le passant restait ferme.

 

Arrivés en ville, des centaines de personnes sont sorties pour accueillir Rabbi Eléazar et ils l’acclamaient en disant « Chalom alehem Rabbi ».

Le passant demanda « Qui est cet homme que vous saluez si chaleureusement » et ils ont répondu : « C’est la personne qui a fait le voyage avec toi ».

Il rétorqua : « Si c’est lui, vivement qu’il n’y ait pas beaucoup de rabbins comme ça dans le peuple ».

Devant leur étonnement, il leur raconta les faits. Ils demandèrent à Rabbi Eléazar si c’était vrai.

Il approuva et ajouta « J’ai fait une erreur mais je me suis excusé. Veuillez, vous aussi, plaider en ma faveur ».

Les habitants de la ville dirent à l’homme que c’est un grand Rav, et de bien vouloir lui pardonner et il répondit : « je lui pardonne à condition qu’il ne vexe plus qui que ce soit ».

 

Rabbi Eléazar répondit qu’il promettait bien sûr et qu’il avait déjà pris cette décision.

L’homme disparut et le Midrash nous dit que c’était Eliahou Hanavi qui s’est présenté et avait cette apparence pour donner à Rabbi Eléazar cet enseignement.

 

Rabbi Eléazar rentra en ville et le premier chiour qu’il donna été sur le sujet suivant : l’homme doit toujours être souple comme un roseau et non pas dur comme un cèdre.

 

Eliahou Hanavi n’apparaît pas sur terre pour des raisons quelconques mais il trouva important d’apparaître à Rabbi Eléazar et le mettre à l’épreuve pendant plusieurs heures pour qu’il retienne ce message.

 

Rav E.A.

Actualités

Les Cours

Version imprimable Version imprimable | Plan du site

© Yéchivat Ohaveï Toratéha

Design et conception: bySBprod@gmail.com